[Bilan 2011]catastrophe japonaise printanière

Cela fait un peu plus d’un an qu’une catastrophe s’est produite sur l’archipel nippon. Ce fut un évènement sans précédent que personne n’avait envisagé et c’est sûrement ce qui explique son ampleur. Car une fois que le mal est fait, il est toujours tentant de blâmer l’incompétence crasse et la négligence des japonais. Cependant, qui parmi vous lecteurs aurait pu prédire telle tragédie. Galvanisé par les conséquences tragiques du drame, certains se mettent alors à chercher un coupable et accusent les dirigeants du pays du soleil levant d’avoir laissé faire. Ceci fut accentué par la mauvaise communication des Japonais et le médiocre traitement de cette actualité par certains médias occidentaux. Toutefois, ne serait-il pas plus productif de faire un petit bilan pour voir comment ceci a pu impacter sur nos loisirs préférés ?


Afin de dissiper tout éventuel malentendu, il n’est nullement question de la reconstitution live de Tôkyô Magnitude 8.0 qui s’est tenue en Mars 2011. Non, aujourd’hui il est temps de revenir sur un évènement ayant réellement affecté votre mode de vie: le piratage du playstation network. Pour ceux d’entre vous qui ne seraient pas trop familiers avec les jeux vidéo, le playstation network, ou PSN pour les intimes, est un service permettant d’utiliser votre console de jeu sur internet. Il est notamment possible d’acheter des jeux disponibles en téléchargement directement depuis votre machine.

  • Entre le 17 et le 19 Avril 2011: Des pirates ont réussi à s’introduire dans les serveurs du PSN pour récupérer les données personnelles des utilisateurs. Présentée de la sorte, la situation n’est déjà pas séduisante, mais il y a pire! Parmi le larcin des aigrefins, il y avait les informations bancaires utilisées pour acheter dans la boutique virtuelle.
  • Le 20 Avril 2011: Pour limiter les dégats, SONY décide de couper son réseau en prétextant une mise à jour. À ce moment là, personne ne s’inquiétait car ce genre de coupures arrivent régulièrement. Malgré tout, cet arrêt était un peu différent des autres. En effet, d’habitude les continents ne sont pas déconnectés en même temps. Or cette fois-ci les serveurs du Japon, de l’Amérique et de l’Europe furent arrêtés en même temps.
  • Le 21 Avril 2011: L’arrêt du service est alors étrangement long. Pour rassurer ses clients, SONY envoie des mails d’excuses expliquant que la situation devrait durer encore 1 ou 2 jours de plus.
  • Le 23 Avril 2011: Alors que sur internet les rumeurs commencent à apparaître, la firme japonaise confirme avoir été victime de piratage. Elle affirme cependant que les utilisateurs ne sont pas menacés. De son coté, le groupe Anonymous revendique avoir perpétré l’acte.
  • Le 26 Avril 2011: SONY met fin son hypocrisie et avoue que des données personnelles ont été subtilisées. Les gens ne s’indignent pas trop qu’on les ait pris pour des idiots car ils sont trop occupés à paniquer pour leur compte en banque.
  • Le 1er Mai 2011: Fête du travail! Pour célébrer l’occasion Kaz Hirai, alors porte-parole de l’entreprise, s’exprime dans une conférence d’urgence à Tôkyô. On y apprendra entre autre que la faille de sécurité que les pirates ont exploité était connue et qu’il s’agit donc de négligence. Pour faire passer la pilule on nous promet des jeux gratuits au retour du PSN.
  • Le 7 Mai 2011: Alors qu’il était prévu que le service soit remis en marche, la menace imminente d’une nouvelle attaque oblige la multinationale à revoir ses plans. Il est alors décidé de ne plus communiquer de date afin de limiter la frustration des joueurs.
  • Le 15 Mai 2011: Le playstation network est enfin de retour. On peut à nouveau jouer en ligne. Le monde est sauvé et on lance le fameux programme « Welcome Back » pour télécharger gratuitement des jeux.

Les conséquences de ce que l’on appelle maintenant « le psngate » sont nombreuses. SONY a beaucoup perdu en crédibilité et en dédommagements. De plus la firme a été traduite en justice pour négligence. Les japonais accusent le groupe Anonymous mais cette hypothèse est remise en question car le mode opératoire des hacktiviste est différent.
De plus, les éditeurs de jeux qui comptaient vendre leurs titres en ligne ont connu un gros manque à gagner durant ces trois longues semaines sans boutique virtuelle. Pendant que les possesseurs de playstation ne pouvaient pas se connecter, quelques jeux très attendus sont sortis. À titre d’exemple Portal 2 ou encore Mortal Kombat misaient leur succès sur le multijoueur en réseau. Si cet arrêt du service ne s’était pas produit, il est probable que les ventes aient été meilleures. Cette histoire aura mis en émoi internet durant un bon mois. Le podcast de joli bateau devenait encore plus hilarant, tout les sites de jeu-vidéo en parlaient quotidiennement, et le buzz a finalement atteint un tel point que les médias traditionnels ont relayé l’affaire.

Un an plus tard, les habitudes des consommateurs ne semblent pas vraiment avoir changés. Tout le monde continue de jouer en réseau et la playstation vita enrichit son catalogue de jeux avec des titres en téléchargement. À ma connaissance personne ne s’est plaint de s’être fait vider son compte en banque preuve que le cryptage des informations tenait la route En Novembre dernier, Steam qui est un autre service de vente de jeux a lui aussi subit une attaque. Là encore il était question de vol de données bancaires. Cependant, chez Valve on a été franc et rapide en prévenant les utilisateurs et en leur conseillant de vérifier leur compte en banque. Cette fois ci il n’y a eu ni scandale, ni blackout. J’y vois deux raisons:

  1. parce que les consoles touchent un public plus large (Il y a 70 millions de comptes sur le PSN contre 40 millions sur Steam), et intrinsèquement moins bricoleur que les joueurs pc
  2. parce que les américains ont pu apprendre des erreurs de leurs concurrents mangeurs de sushi

Au final, il est probable que ce genre de choses se reproduise de plus en plus à l’avenir. Faire ses achats en ligne est devenu naturel pour le commun des mortels et contrairement aux gens des décennies précédentes nous n’avons plus d’appréhension à mettre le numéro de notre carte de crédit sur internet.

L’article d’Axel sur le bilan.
L’article de ZGMF Balmung sur le bilan.

L’article de FFenril sur le bilan.
L’article de Tetho sur le bilan.

L’article de Ryuurei sur le bilan.

One Response

Leave a Reply