Gatchaman Crowds : les super héros à la sauce 2.0

Faire du neuf avec du vieux permet de connaître le succès en limitant les prises de risques, et c’est d’autant plus vrai depuis quelques années. Évidemment Hollywood et son amour pour les remakes est probablement le premier exemple qui vous vient en tête, mais vous vous doutez bien que l’animation japonaise n’est pas épargnée par ce phénomène. C’est ainsi que l’illustre Kagaku Ninjatai Gatchaman, appelé chez nous la Bataille des Planètes pour les 2 amateurs de gloubiboulga du fond, a signé son retour avec non pas un mais deux titres durant l’année 2013. Il y avait d’un coté un film live sobrement intitulé Gatchaman et de l’autre une série d’animation répondant au doux nom de Gatchaman Crowds. C’est justement de cette dernière dont nous allons parler aujourd’hui. A la barre de ce projet on retrouve l’excentrique Nakamura Kenji dont la patte si particulière a engendré des choses allant du génial au sympathique. En ce qui concerne la production, c’est  bien entendu le studio Tatsunoko qui s’occupe de mettre sa vieille licence au goût du jour. Enfin pour rassurer ceux d’entre vous qui seraient allergiques aux vieilleries, sachez que Tatsunoko est un studio dont la réputation en matière de super héros n’est plus à faire.

Read the rest of this entry »

La Reine des Neiges – La hype n’est jamais finie

 (Je sais que le sujet de cet article est un peu retard, et tout, et tout, mais personnellement cela me tenait extrêmement à cœur d’en parler. Et qui sait, peut-être qu’il y a encore des gens qui ne l’ont pas vu.)

Il y a de cela maintenant quelques mois est sorti sur nos écrans de cinéma le (pas si) nouveau long métrage des studios Disney, La Reine des Neiges. En ce qui me concerne, je faisais parti de ces gens qui attendaient beaucoup de ce film : d’une part parce que le studio l’a vendu durant sa campagne commerciale comme l’un des projets majeurs de son histoire mais également car il est le fruit du travail de deux réalisateurs talentueux, Chris Buck et Jennifer Lee, qui ont également réalisés il y a quelques années le fabuleux Raiponce, un bijou narratif et esthétique qui peut se venter d’avoir bénéficié d’un budget absolument colossal dans l’histoire du cinéma et ce alors que c’est un film d’animation! Dans ce film, ces deux réalisateurs avaient pris l’initiative d’inverser le rapport de force traditionnelle dans les contes de fée tout en s’amusant à déconstruire la structure psychologiques des personnages que l’on peut trouver d’habitude dans ce genre d’histoire. Avec La Reine des Neiges, ils ont été encore plus loin, en nous proposant encore une fois une nouvelle vision des contes de fée pleine de fraîcheur et d’inventivité, que ce soit sur le plan de l’esthétique ou de la narration.

  Read the rest of this entry »

Dessine moi un jeu: le Petit Prince

Le Petit Prince, le livre que toute personne a lu au moins une fois durant sa scolarité (ou était censé lire), comment imaginer un jeu autour de ce thème ? C’est un peu ce que je me demandais à l’annonce du jeu de société du même nom, mais il se trouve que depuis, j’ai eu ma réponse..

« S’il-vous plait, dessine moi un jeu de société… »

«  Ça, c’est la boite. Le jeu que tu veux est dedans »

Read the rest of this entry »

Another one bites From Dust

Il paraît que les jeux sans versions d’essai se vendent mieux… Que ce soit vrai ou non,  les démos sont l’occasion de tester des titres auxquels je n’aurais a priori pas prêté attention. Plutôt attiré par les jeux d’action, je passe facilement à coté de genres plus posés comme les god-games, ces simulations divines conférant aux joueurs de grands pouvoirs et de grandes responsabilités. La gestion de tout ces paramètres demande évidemment plus de temps de réflexion, ce qui impose un rythme plus posé pour anticiper les conséquences de nos actes. C’est très intéressant, mais ça ne parle pas trop à l’amateur d’action fast-paced que je suis. Alors vous imaginez bien que s’il n’avait pas été possible d’essayer gratuitement quelques niveaux de From Dust, je n’aurais probablement jamais entendu parler du bébé d’Eric Chahi. Pour ceux d’entre vous n’ont pas connu les années 90, sachez qu’à l’époque on écoutait des boys bands et on jouait aux jeux de monsieur Chahi. En plus, l’absence de démo m’aurait vraiment fait zapper ce jeu parce que malgré le fait qu’il ait été produit par Ubisoft, il n’a pas jouit d’une couverture médiatique comparables aux grosses productions de la firme, et c’est dans un relatif anonymat qu’il sortit durant l’été 2011. Read the rest of this entry »

L’attaque du kaiju du vendredi ! Un jeu 3DS kilébien

Je n’aime pas le dématérialisé, surtout sur DS, ma dernière DSi ayant rendu l’âme, je n’ai jamais pu récupérer le seul et unique jeu que j’avais acheté à l’époque (il faut que les deux consoles soient en état de marche afin de faire le transfert hahaha). C’est donc uniquement dans le but de faire des mises à jour que j’ai lancé le Nintendo eShop de ma 3DS, puis, ma curiosité de gameuse m’a fait regarder le contenu actuel. Mon petit cœur a bondit voyant que le dernier Ace Attorney était enfin sorti (merci capcom pour le jeu en démat’ et anglais only ! Le vieux continent de vous mérite pas. Love), et mon regard s’est arrêté sur un titre assez étrange: Attack of the Friday monsters ! Quelques recherches sur internet plus tard, je déboursais quelques 7€.

Read the rest of this entry »

Walker Texas Zombies: au pays du chat et du chocolat

cat&chocolate

miaouuuu~

Cat & Chocolate (キャット&チョコレート) est un jeu japonais de Ryo Kawakami, illustré par Munku Mutsuki et Run Yukaga et sorti en 2010 chez Qvinta Essentia, puis Cosaic et enfin Arclight. Les cartes sont en japonais ainsi qu’en engrish (avec quelques magnifiques fautes) utilisant un vocabulaire assez simple et accessible. On peut y jouer de 3 à 6 joueurs.

Son principe ? Nous sommes un groupe voulant se faire une petite frayeur dans  un château hanté. Le problème ? Les portes sont fermées, et il est vraiment hanté. A nous de survivre aux épreuves du manoir afin d’être le groupe victorieux.

Read the rest of this entry »

Laura ou le masque de verre

glass no kamen

Glass no kamen (ou Glass Mask à l’international), shôjo manga composé actuellement presque 50 volumes, est l’oeuvre de Suzue Miuchi. Si le manga est toujours en cours de publication depuis 1976, deux séries tv (en 1984 et 2005), une série d’OAV (1998) ainsi qu’un drama en deux saisons (1997) ont été réalisés, preuve de son succès.

Et en France ? Nous avons eu droit uniquement à la série de 1984 par Eiken, elle est composée de 23 épisodes. Déclic images avait sorti un coffret VOST sous le nom de Glass Mask, qui n’est plus édité de nos jours. Je parlerai donc du dernier coffret paru sous le nom de Laura ou la passion du théâtre (nom français utilisé lors de la diffusion chez nous).

Read the rest of this entry »

Brosby le Magnifique

Dans le but de me préparer à aller voir l’adaptation cinématographique de Baz Luhrmann, j’ai lu il y a de cela maintenant quasiment un mois The Great Gatsby, un roman qui est considéré comme un des plus importants du siècle dernier aux États-Unis. Personnellement je n’avais jamais lu avant ce roman ne serait-ce qu’un poème écrit par F. Scott Fitzgerald et ce fût donc pour moi ma première fois avec cet auteur ; on m’en avait déjà beaucoup parlé et souvent venté ses mérites mais il a fallu que je regarde Midnight in Paris de Woody Allen pour que ma curiosité soit vraiment piquée à vif (l’auteur étant un des personnages secondaires du film). Finalement je ne regrette absolument pas d’avoir pris le temps de lire le fameux Gatsby puisque ce fût une expérience pour le moins marquant. Le chef d’œuvre de Fitzgerald est un roman teinté d’un romantisme incroyable, qui rappelle de nombreuses fois une émotion que l’on peut ressentir uniquement chez des auteurs comme Alfred de Musset, et une mélancolie puissante qui m’a personnellement énormément rappelé mon livre favoris, L’attrape cœur de J.D Salinger. Cela dit abrégeons un petit peu cet étalage de culture littéraire qui est là uniquement pour vous montrer que mon phallus est d’une taille gigantesque dans tous les domaines artistiques et venons-en au but ; parce que oui, si vous avez suivi, si j’ai lu ce roman c’est également pour me préparer à voir dans des conditions optimales la nouvelle adaptation de The Great Gatsby qui a fait d’ailleurs beaucoup de bruit, notamment parce que c’est le film qui a fait l’ouverture du festival de Cannes 2013. On pourra aussi retrouver de grand noms qui, outre le réalisateur qui commence à avoir maintenant une renommée très importante dans le monde du cinéma, suffisent à eux-mêmes pour faire la promotion d’un film, c’est-à-dire Leonardo Di Caprio ou Tobey Maguire en ce qui concerne les acteurs, mais aussi Jay-Z à la bande son, ce qui est un atout de taille pour attirer le jeune adolescent qui recherchera dans ce film un remake de Projet X dans les années 20. Read the rest of this entry »

Les doritos et les jeux vidéo

Connaissez vous les Doritos? Il est possible que vous me répondiez que ce sont des chips de maïs se mariant avec merveille avec des sauces telles que le guacamole, la sauce salsa (également appelée sauce sauce par les hispanophones) ou encore du chile con queso. Auquel cas vous êtes un(e) gourmand(e). Si vous me répondez que c’est le nom d’un scandale qui a éclaboussé la presse spécialisée du jeu vidéo, alors ça signifie que vous êtes un hardcore gamer ou une fake geek girl. Et enfin si vous me répondez que c’est une franchise de jeux vidéo aussi bons marché que drôles, alors nous sommes probablement sur la même longueur d’onde. Ainsi, Doritos Crash Course 2 est le petit dernier d’une longue lignée de jeux funs et conviviaux. Derrière ce projet, nous retrouvons un studio abonné aux adaptations opportunistes, Behaviour Interactive. Pour autant, Doritos Crash Course premier du nom s’était montré étonnamment sympathique et c’est pourquoi on peut se rassurer de voir que sa suite est réalisée par la même boite. Qui plus est, c’est l’un des rares jeux gratuits que Microsoft nous donne, il est donc impératif de vérifier si les fous rires seront encore une fois au rendez-vous. Read the rest of this entry »

Je, soussigné Rikdô Koshi, autorise la critique d’Excel Saga

Si Excel Saga est un classique des années 90, je n’ai pourtant commencé à visionner cette série que récemment pour tuer le temps. N’ayant rien à faire, j’ai donc décidé de combler une lacune en regardant cet anime presque 14ans après sa diffusion. J’ai pourtant failli voir la série en 2004 lorsque Samurai Champloo venait de se terminer. À cette époque j’avais kiffé ma race toutes ces histoires de sabre. J’avais aussi kiffé ma race Cowboy Bebop et sa science-fiction hard-boiled. J’avais aussi kiffé ma race Macross Plus qui reste l’œuvre ayant fait de moi celui que je suis. J’avais donc naturellement cherché d’autres titres réalisés par le génie derrière toutes ces perles. Sauf qu’en relisant le nom du staff, je me suis aperçu de mon erreur. En effet Excel Saga a été réalisé par Watanabe Shinichi et non pas Watanabe Shinichirô. Ces deux réalisateurs aux styles très différents ne partagent en fait qu’une seule chose, leur patronyme… Bref, malgré ce joli quiproquo, je ne découvre le titre que maintenant. Enfin sachez que cet anime est une adaptation libre que le studio J.C Staff a faite à partir d’un manga de Rikdô Koshi. Read the rest of this entry »